Blog

Soutien naturopathique pour la chimiothérapie et la radiothérapie

La chimiothérapie est souvent une partie nécessaire et efficace du traitement du cancer, mais ses effets secondaires peuvent être tout aussi dommageables que le cancer. Les thérapies naturopathiques augmentent l’efficacité de la chimiothérapie tout en réduisant ses effets secondaires, préviennent les complications à long terme et réduisent le risque de cancers secondaires. Même s’il existe des médicaments efficaces pour atténuer les effets secondaires de la chimiothérapie, les thérapies naturopathiques peuvent aussi protéger et soutenir l’organisme pendant le traitement.

Le rayonnement détruit les cellules à croissance rapide. Cependant, il ne peut pas différencier les cellules cancéreuses des cellules saines qui croissent naturellement rapidement (p. ex. les cellules ciliées, les cellules muqueuses). Les effets secondaires de la mort de cellules saines peuvent être graves. Il existe des thérapies naturopathiques qui peuvent soutenir les bienfaits de la radiation, tout en réduisant les dommages aux cellules saines et le risque de cancers secondaires causés par la radiation.

Se préparer dans les semaines ou, si possible, les mois précédant la chimiothérapie ou la radiothérapie aide à renforcer la capacité de l’organisme à faire face aux effets secondaires inconfortables. Il donne également au patient plus de contrôle sur le processus thérapeutique, ce qui peut atténuer l’anxiété et le stress émotionnel générés par le traitement du cancer.

Avant et pendant le traitement du cancer, les patients doivent se préparer émotionnellement. De nombreuses personnes ressentent peu d’inconfort et sont en mesure de poursuivre leurs activités professionnelles et familiales sans trop de perturbations. L’anxiété perturbe souvent la vie des patients plus que la thérapie. L’anxiété et le stress rendent plus difficile la guérison du cancer. N’oubliez pas de vous détendre. Beaucoup de gens se précipitent avant le traitement, s’épuisent, essaient de tout préparer et tout le monde, anticipant qu’ils seront trop malades pour faire quoi que ce soit pendant le traitement. Laissez vos amis et votre famille prendre le relais. C’est un moment important pour se concentrer sur le processus de guérison.

Les patients devraient aussi dormir beaucoup. L’anxiété et la peur peuvent rendre difficile de s’endormir ou de rester endormi. Il existe plusieurs somnifères non toxiques à base de plantes médicinales et homéopathiques, ainsi que des suppléments nutritionnels, qui peuvent être utiles pour soulager l’insomnie.

  • Aides au sommeil à base de plantes :
    Passiflore (Passiflora incarnata) – Prendre 300-450 mg 1 heure avant le coucher.
  • Skullcap (Scutellaria laterifolia) – Infuser 1 c. à thé d’herbe séchée dans 1 tasse d’eau chaude et boire le soir pour calmer le système nerveux.
  • Valériane (Valeriana officinalis) – Prendre 150-300 mg 1 heure avant le coucher.

Aides naturelles au sommeil :

Ces suppléments doivent être pris 1 heure avant le coucher pour de meilleurs résultats.

5-Hydroxytryptophane (5-HTP)-Prendre 100-300 mg avec du jus de fruit ou d’autres glucides (p. ex. craquelins, lait de soya). Cet acide aminé favorise la production de sérotonine dans le cerveau et améliore le sommeil.
Huile de lin – Prendre 1 c. à table par jour. Cet acide gras essentiel renforce et soutient le système nerveux.
Citrate de magnésium – Prendre 250 mg.

Les problèmes gastro-intestinaux chroniques:

peuvent avoir de graves répercussions sur la santé en général et ralentir le rétablissement après une chimiothérapie. Consultez un médecin naturopathe ou un médecin holistique pour traiter les problèmes gastro-intestinaux chroniques. Les suppléments nutritionnels suivants peuvent aider à construire et à protéger les tissus gastro-intestinaux et permettre aux réserves de nutriments de l’organisme de se remettre des produits chimiothérapeutiques toxiques :

  • Antioxydants – La prise d’un supplément antioxydant ACES (vitamine A-25 000 UI par jour ; vitamine C-1000 mg 3 fois par jour avec les repas ; vitamine E-400 UI 2 fois par jour ; et sélénium-200 mcg par jour) juste avant et pendant le traitement peut diminuer la toxicité de la chimiothérapie tout en augmentant son efficacité.
  • Graine de lin – La farine de lin a plusieurs propriétés bénéfiques qui peuvent soutenir le système digestif avant, pendant et après un traitement de chimiothérapie. C’est une fibre mucilagineuse, c’est-à-dire qu’elle se transforme en gel protecteur apaisant dans le tube digestif et, parce qu’elle est riche en huiles oméga 3, le lin aide aussi à réduire l’inflammation. L’apport quotidien recommandé est de 2 à 4 c. à table de graines de lin fraîchement moulues.
  • Glutamine-Prendre 500 mg 3 fois par jour. Cet acide aminé est la source d’énergie préférée des tissus gastro-intestinaux supérieurs. Il aide à prévenir la stomatite (inflammation de la bouche) et peut réduire considérablement les nausées associées à la chimiothérapie.
    Chardon-Marie (Silybum marianum) – Prendre 250 mg 3 fois par jour. Aide à protéger le foie contre les toxines associées à la chimiothérapie, facilitant ainsi le rétablissement après un cycle de chimiothérapie avec moins de nausées, de manque d’appétit, de fatigue et de courbatures grippales.
  • Vitamine K – Prendre 500-1000 mcg par jour. La plupart des formes de vitamine K sont dérivées de bactéries présentes dans les intestins. L’équilibre des bactéries intestinales est gravement perturbé pendant le traitement de chimiothérapie, et les carences en vitamine K peuvent causer des problèmes de coagulation sanguine et des hématomes.
    Un smoothie quotidien aux protéines-A avec des fruits frais ou congelés (bleuets, fraises ou autres fruits bleus, rouges ou orange), de la poudre de protéines et de la farine de graines de lin est une bonne source de fibres, de protéines et de bioflavonoïdes naturels.
    Aliments complets – Augmentez la quantité de légumes frais, de fruits, de grains entiers et de protéines faibles en gras (poisson, volaille à viande blanche, soja) dans votre alimentation.
  • Pendant le traitement, assurez-vous de boire 50 pour cent de votre poids corporel en onces d’eau par jour (p. ex., si vous pesez 150 lb, buvez 75 oz d’eau par jour) pour hydrater les tissus et réduire la constipation. De plus, faites régulièrement de l’exercice pour augmenter votre énergie, votre vitalité, votre circulation et l’élimination de vos déchets.

Des traitements naturels qui aident à minimiser les effets secondaires.

Pour la diarrhée :

  • Acidophilus – Prendre 2 à 3 capsules par jour.
  • Acupuncture
  • Plantes contenant de la berbérine-Goldenseal, berberis ou raisin de l’Oregon
  • Bétonite argileuse – Ajouter ½-2 c. à thé à l’eau ou au jus, laisser reposer un moment et boire une fois par jour jusqu’à ce que la diarrhée cesse.
  • Glutamine-Prendre 2 c. à thé dans le jus 3 fois par jour.
  • Protéines de lactosérum – Prendre 1 à 4 c. à table mélangées dans du yogourt ou du jus tous les jours.

Pour la perte de cheveux :

  • Vitamine E – Prendre 1600 UI par jour pendant 1 semaine avant de commencer la chimiothérapie.

Pour les nausées et les vomissements :

  • Acupuncture
  • Agrumes – Mangez des oranges, des mandarines ou du pamplemousse.
  • Gingembre – Cette herbe peut être consommée dans les aliments, transformée en thé ou prise sous forme de teinture. Le gingembre a un goût agréable et réchauffant.
    Miso
  • Herbes de la médecine traditionnelle chinoise – Voir un praticien de la médecine chinoise pour une formule appropriée.

Pour les mucosites :

  • Acidophilus – Prendre 2 à 3 capsules par jour. On peut aussi se rincer la bouche avec le contenu d’une capsule mélangée à de l’eau chaude avant le coucher.
  • Chlorophylle – Prendre 100 mg 3 fois par jour.
  • Acide folique-Prendre 400 mcg par jour.
  • Glutamine-Placer 2 c. à thé directement dans la bouche et rincer à l’eau tous les jours.
  • Herbes-Chamomille, réglisse et orme glissant. Rincer la bouche avec un thé 4-6 fois par jour.
  • Vitamine E – Prendre 400 UI 2 fois par jour. L’huile de vitamine E peut être appliquée directement sur une lésion buccale. Percer une capsule de gel et presser l’huile sur la lésion.

Source :healthcommunities

3.4 (98%) 26 votes